Ville de Morges

Vertou (F)

Historique du jumelage Morges-Vertou (France)

Nous, citoyens de bonne volonté de l'Heureuse Commune de Vertou s/Sèvre, en Pays Nantais...

Nous, bourgeois et citoyens de bonne volonté de la Bonne Ville de Morges, en Pays de Vaud...

Convenons de nous unir parles liens du jumelage.

Ainsi débute et se termine l'acte de jumelage signé le 25 août 1957 unissant, pour le meilleur mais non pour le pire, deux communes distantes de quelque 800 kilomètres et qui avaient jusque‑là vécu dans une splendide ignorance mutuelle !

II avait fallu toute la perspicacité de M. Jacquet, secrétaire général de la Préfecture du Département de Loire‑Atlantique, pour que la ressemblance éclate aux yeux de tous et des édiles locaux. Mais bien sûr ! Que ne l'avait‑on vu plus tôt ! Vertou et Morges jumelles; une évidence, selon la définition qu'en donne le dictionnaire ensemble de deux pièces exactement semblables

En 1957, les similitudes entre les deux villes ne manquent pas. Approximativement le même nombre d'habitants : entre 8 et 10'000 âmes. Partageant aussi ‑ du moins la Municipalité de Vertou l'affirme-t-elle ‑ un rôle de "commune-dortoir", l'une à 7 kilomètres de Nantes, l'autre à 10 kilomètres de Lausanne. Possédant toutes deux quelques industries : biscuiteries, fonderies, appareils électriques, productions maraîchères.

Mais l'une et l'autre, surtout et avant tout, d'âme profondément viticole ! Du "La Côte" lémanique au Muscadet de Vertou, l'amour du bon vin abolit les distances et les différences mieux que ne le feraient mille discours. Sans oublier le lac, ses régates et ses nageurs. Pas de lac à Vertou ? Qu'importe ! La Sèvre nantaise fera bien l'affaire

Et c'est ainsi qu'il y a 39 ans, le premier acte de jumelage était célébré en grandes pompes et tonnes de glaïeuls décorant Vertou, à l'initiative de son maire, M. Ernest Guichet. Morges se réservait la seconde part de la fête, dans son château et sur ses quais, les 5 et 6 octobre de la même année, accueillant les Vertaviens avec force morceaux d'éloquence, sous la syndicature de M. Charles-Paul Serex.

Vertou devenait ainsi, en 1957, la première ville du Département de Loire-Atlantique à réaliser un jumelage avec une ville d'un pays voisin. Fêtes, cadeaux, discours, toasts furent grandioses, à l'image des déclarations qui émaillèrent la partie officielle.

Manifestation de l'amitié franco-suisse, entendit-on. Union de la France, pays des libertés, avec la Suisse, patrie de la sauvegarde des vies humaines, déclamèrent les édiles Vertaviens, conscients des affinités de race, langue et coutumes qui nous unissent et favorisant par une meilleure compréhension mutuelle le développement du sentiment vivant de la fraternité européenne.

Tout fut dit, bannières au vent et flonflons proches, lors de cette mémorable alliance dont Morges s'apprête, avec ses hôtes de Sèvre nantaise, à célébrer, avec une année d'avance, le 40e anniversaire.

Un jumelage réussi

Les Morgiens sont gais… et pas pressés. Tout le portrait de Vertou, en somme, affirmaient en 1957 les édiles des deux communes.

II n'empêche qu'au cours de leurs 39 années partagées, les deux communes n'ont pas laissé leurs discours inauguraux se morfondre dans la poussière des dossiers d'archives. En d'autres termes : ce fut, et reste, un jumelage réussi.

Entre-temps, bien sûr, il y eu les cérémonies commémoratives des 5e, 10e, 15e, 20e, 25e, 30e et 35e anniversaires... Sans oublier les délégations de viticulteurs, les fanfares, les chanteurs, les sapeurs-pompiers, les footballeurs, les gymnastes, les judokas, les nageurs, etc. Jumelage, affaire d'adultes ? Mais non pas seulement, les enfants des deux cités en ont suivi les étapes. Dès 1957, Vertou et Morges ont "échangé leurs enfants". Le temps d'une quinzaine, chaque année, en été, les petits Morgiens ont découvert l'océan, les Vertaviens le lac Léman. Jusqu'en 1979, plusieurs centaines d'entre eux ont eu l'occasion de faire une escale buissonnière en pays ami.

De l'Avenue de Morges, à Vertou, au Parc de Vertou, à Morges, l'histoire du jumelage est semée de fêtes, de contacts, d'amitiés officielles et intimes nouées autour d'un petit Muscadet ou d'un verre de blanc. L'Histoire fait parfois d'étranges détours pour réunir ceux qui se ressemblent. La commémoration du 40e anniversaire, qui aura lieu en juin prochain à Morges et en 1997 à Vertou, sera une nouvelle preuve de cet esprit de solidarité dont ne se sont jamais départis Morgiens et Vertaviens pour vivre ensemble l'expérience réussie de ce